FeaturedFinancesLivresSecret de la prospérité juive (Résumé)

octobre 7, 2022by Rose-Marie Poos

Zacharie 8:23  Ainsi parle l’Eternel des armées: En ces jours-là, dix hommes de toutes les langues des nations saisiront un Juif par le pan de son vêtement et diront: Nous irons avec vous, car nous avons appris que Dieu est avec vous.

Introduction

Comme dans le verset de la Genèse, lorsque Dieu s’adresse à Abraham : “Quitte ta maison, quitte ta famille, et laisse derrière toi tout ce que tu connais jusqu’à aujourd’hui…” Les sages du peuple juif nous enseignent que l’une des façons d’être béni et prospère est de quitter sa zone de confort. Donc, laissez derrière vous votre mentalité limitée, évoluez, grandissez, faites ce qui doit être fait, tout comme Abraham l’a fait, et vous serez prospère.

Si je considère l’argent comme un ami et que j’en ai honte, comment voudra-t-il être avec moi ?

Le mythe

La vérité est que, oui, le peuple juif a l’un des taux les plus élevés de millionnaires et de milliardaires, par rapport au nombre de juifs, qui est de 0,002% de la population mondiale.

La signification du mot “prospérité” est : L’espoir d’obtenir ce que l’on désire.
Ce qui compte, c’est la qualité de votre état d’esprit. C’est elle qui déterminera si vous atteindrez la prospérité, ainsi que la qualité de votre prospérité. Le premier secret, que je vais révéler dès le premier chapitre, est le suivant : La vérité est que le peuple juif n’a jamais attendu que quelqu’un fasse quelque chose pour lui.

Qualité de l’état d’esprit – QM

C’est un esprit propre et pur, sans barrières, où il n’y a pas de peur et où tout est possible, où la tristesse est passagère, et où le bonheur se trouve dans les petites choses comme les enfants !
Le secret de l’état d’esprit juif pour la prospérité est que vous comprenez d’abord que : Oui, tout ce qui vous arrive, arrive pour votre bien !
Comprenez également que les problèmes et les difficultés de la vie n’ont qu’un seul but : vous faire grandir ! Tu ne peux grandir qu’en les affrontant !

Vous voulez développer votre QM ? Affrontez votre “chien” (vos problèmes) !
Tout le monde le sait : No pain, no gain (pas de douleur, pas de bénéfice). Si c’est une réalité dans le monde physique, pourquoi voulez-vous qu’il en soit autrement dans le monde spirituel, émotionnel et mental ?
Les sages juifs nous enseignent que nous affrontons un “chien” à la fois, un problème à la fois.

Une Qualité de l’état d’esprit (QM) de haut niveau, c’est savoir reconnaître ses problèmes, analyser ses difficultés, comprendre et se dire que l’on a tout pour les résoudre !
Surtout, ne vous acceptez pas tel que vous êtes. Comprenez que personne n’est parfait, mais que la solution pour atteindre vos objectifs est entre vos mains.
Souvenez-vous que “La lumière émane là où il y a de la résistance”.


Lire aussi :


Le Triangle

La prospérité réside dans l’équilibre de la combinaison de trois piliers principaux. Ces piliers se soutiennent mutuellement, formant ainsi le triangle : – L’équilibre émotionnel et physique. – Équilibre financier – Liberté financière. – Accomplir sa mission de vie.

Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Genèse 1:26

Les sages juifs kabbalistiques expliquent que “faisons” est au pluriel, parce que Dieu parlait à l’âme d’Adam, et lui a dit : “Créons tous deux l’homme. Moi, Dieu, je crée la scène pour toi Adam, et je te donne le corps, mais c’est à toi de le créer et, plus encore, je te donne tout le pouvoir de création. En hébreu, les termes “ressemblance et image” ne font pas référence à l’aspect physique, mais à l’aspect spirituel élevé. Comprenez que nous sommes des “co-créateurs” de notre réalité.

woman at a flower field
Photo by Maksim Goncharenok on Pexels.com

Premier pilier : équilibre émotionnel et physique

“Ce que tu ne résous pas dans ton esprit, ton corps le convertit en maladie”.
La maladie est le résultat d’un événement émotionnel répété dans notre passé, qui n’a pas été affronté. Un événement qui a été enfoui dans l’esprit et ignoré.
Le poumon est lié à l’émotion du chagrin,
La dépression est le résultat de la colère retournée contre soi. Elle se développe à partir d’événements passés, qui génèrent de la colère et qui, lorsqu’elle n’est pas dirigée contre quelqu’un, mais contre soi-même, avec le temps, crée la dépression.
Les migraines (liées aux reins, qui représentent les questions de vie et de mort).
Pour conclure ce pilier, je vais résumer avec la liste des organes et quelles émotions les affectent :

  • Colère : foie.
  • La tristesse et la douleur : le poumon.
  • L’angoisse, l’inquiétude : l’estomac.
  • Stress et anxiété : cœur.
  • Peur et phobie : reins.

En résumé, toute maladie est le résultat d’un événement émotionnel négatif du passé qui n’a pas été résolu. Il se manifestera dans le futur, physiquement, afin d’apporter une véritable guérison et une élévation spirituelle au physique. Selon le grand sage, médecin et philosophe juif Maïmonide : une âme saine, dans un corps sain ; les deux sont liés et doivent donc être traités !

Il existe plusieurs techniques pour vous permettre de découvrir l’événement émotionnel à l’origine de votre maladie. Cela vous semble confus ? Laissez-moi vous expliquer. – Notez l’âge auquel les premiers symptômes de “telle maladie” se sont manifestés. – Essayez de vous souvenir d’un événement émotionnel qui s’est produit un an avant que les premiers symptômes ne se manifestent (les événements émotionnels mettent généralement un an à se manifester). Si rien de significatif ne s’est produit, divisez ce dernier âge par deux et essayez de vous souvenir d’événements émotionnels qui se sont produits à “cet âge” et ainsi de suite jusqu’à « l’âge » de votre conception.

Un rappel notable : si vous remarquez des symptômes qui semblent pouvoir évoluer vers une maladie, il convient de consulter un médecin ou un spécialiste !

Assurez-vous que, pour guérir efficacement, trois émotions activent ce processus : l’amour, la gratitude et la joie.


Lire aussi :


L’amour

Tout le monde connaît la phrase biblique : “tu aimeras ton prochain comme toi-même”. (Lévitique 19 : 18) Le monde occidental s’appuie fortement sur ce verset et ses dérivés, mais il y a un mais, un énorme mais. Notre société est dans un moment radical, avec beaucoup d’exigences et de stress. Vous êtes observé 24 heures sur 24, au travail, dans votre famille, à l’école, au collège et encore plus sur les réseaux sociaux et le monde virtuel dans son ensemble. Cela conduit la plupart des gens à ne pas affronter notre plus grand “chien”.

Je vais vous expliquer pourquoi l’une des maladies qui touche le plus la population dans le monde aujourd’hui est la dépression. Le manque d’amour de soi ! Voulez-vous savoir si vous vous aimez ou non ? Ce n’est pas facile, mais c’est simple. Vous énervez-vous lorsque vous échouez ? Avez-vous du mal à vous pardonner lorsque vous faites une erreur ? Que faites-vous de cette colère ou de cette frustration contre vous-même ? Y as-tu déjà réfléchi ?

Je ne parle pas d’orgueil, mais d’amour et de valorisation de soi ! Cela signifie que tout ce que tu traverses fait partie de ton processus de croissance, mais être en colère ou frustré contre toi-même, sans aucun moyen de le résoudre, conduit l’état d’esprit à un conflit d’impuissance et te mènera à la dépression.

Lorsque tu t’aimes toi-même et que tu es capable d’aimer véritablement ton prochain, cela te permet de te connecter à l’Éternel, apportant la lumière divine dans ta vie ! À ce moment-là, les maladies n’existent plus ; elles ne font plus partie de votre réalité !

Ce sont ces moments de difficultés qui nous font grandir. Même à la gym, ou dans n’importe quelle activité physique, nous savons que nous devons passer par la douleur pour atteindre une certaine forme de croissance. Vos victoires sont les conséquences des actions entreprises dans les moments difficiles. Sans les difficultés et les problèmes, il n’y aurait pas de croissance.

La Gratitude

Soyez reconnaissant pour tout.

Rabbi Na’hman de Breslav (l’un des grands sages du peuple juif, qui a vécu il y a environ 200 ans) a dit : “Le jour où tu es né, c’est le jour où Dieu a décidé que le monde ne pouvait pas exister sans toi”. Croyez que nous sommes capables de faire en sorte que ce jour compte. Si Dieu croit en nous, pouvez-vous imaginer ? De quoi doutons-nous ?

Nos sages, dans les livres sacrés, posent la question : “Qui est riche ?”, et ils ont la réponse suivante : “Est riche celui qui est heureux de ce qu’il possède”.
Soyez reconnaissant pour ce que vous avez, car la “gratitude” vous apportera beaucoup plus de santé, de richesse, de bonheur et de joie. Rappelez-vous ce que nos mères nous ont appris : “Mon fils, sois reconnaissant. Si tu n’es pas reconnaissant, tu ne recevras pas plus”.


Lire aussi :


La Joie

La joie est souvent confondue avec le bonheur. Le bonheur est l’émotion qui dépend des événements heureux, donc qui dérive du bonheur. La joie est un état d’esprit.

Moïse prévient que les malheurs que les gens subiront ne seront pas pour avoir transgressé la volonté divine ou pour avoir été méchants, mais pour ne pas avoir été dans la joie et la reconnaissance. “parce que tu n’as pas servi le Seigneur, ton Dieu, avec joie et avec allégresse de cœur, quand (tu avais) une abondance de tout”. (Deutéronome 28 : 47)

L’état mental dans lequel vous êtes va définir ce que sera votre réalité. Souvent, sinon toujours, nous gardons de la rancune et de la colère, même si nous n’en sommes pas conscients.

La plupart des maladies mortelles, comme le cancer et plusieurs autres tumeurs malignes, sont causées par la rancune et la colère intérieure. En hébreu, le nom de la maladie “cancer” signifie méchanceté et colère ןט-רס.

Pardonnez aux personnes qui vous ont blessé, pardonnez au passé qui vous semble souvent cruel, mais surtout : pardonnez-vous !

a man on a phone call holding cash
Photo by Ron Lach on Pexels.com

Deuxième pilier: Équilibre financier – Liberté financière

Le secret de la prospérité juive ne réside pas seulement dans la quantité d’argent que vous avez ou que vous accumulez, mais aussi dans votre façon de vivre et dans ce que vous faites des biens que vous accumulez. Je m’explique : si vous dépendez de votre travail pour gagner de l’argent, quel que soit le montant que vous gagnez, vous êtes asservi par votre argent.

Si vous êtes libre, vous êtes libre ! Vos gains ne dépendent pas de votre temps, mais votre argent travaille pour vous et se multiplie sans dépendre de votre effort total (cela nécessite toujours un effort, oui, mais certainement pas le même que de travailler 40 ans, 40 heures par semaine et ensuite recevoir 40% du salaire à la retraite).

Je vous le dis tout de suite : votre liberté financière, c’est quand vos “revenus passifs” assurent votre niveau de vie ! Les “revenus passifs” sont des revenus indépendants de votre effort et de votre temps, tels que les redevances, les loyers, les investissements, etc.

Si votre objectif est la liberté financière, commencez par chercher à augmenter vos “revenus passifs”, avant d’augmenter votre niveau de vie !

Utilisez les services de professionnels dans le domaine ! Il en va de même pour tout domaine dans lequel vous n’avez pas suffisamment de connaissances, mais dans lequel vous souhaitez investir votre argent.


Lire aussi :


Donner aux pauvres

Avoir la compréhension que nous sommes ici dans le monde pour faire un travail divin. Qu’est-ce que cela signifie ? C’est simple ! Illuminer le monde, apporter la lumière par de bonnes actions.

Un ingrédient important dans le processus de réalisation de la liberté financière est de comprendre que l’argent n’est qu’un outil. Un outil puissant, certes, mais juste un outil pour rendre le monde plus juste au moyen de la tsedaka. Plus que la charité, la tsedaka signifie la justice.

La conclusion est que le donneur est celui qui bénéficie de l’acte de don, plus que le bénéficiaire.

Vous pouvez verser 10 % ou 20 % maximum de vos revenus pour aider une famille pauvre dans le besoin, ou convertir ce montant en besoins fondamentaux – nourriture, vêtements, médicaments, matériaux de construction, etc. Cependant, le meilleur moyen de TSEDAKA est de donner un travail ou un service à une personne dans le besoin, lui offrant ainsi la possibilité de ne plus dépendre des autres. Comme le dit le proverbe : il vaut mieux enseigner à un pauvre à pêcher que de lui donner simplement le poisson.

Une personne ayant un état d’esprit prospère créera une réalité prospère. À l’inverse, une personne dont l’état d’esprit est malheureux créera une réalité malheureuse. Procurez-vous et utilisez les bons outils pour créer un état d’esprit de prospérité et cela créera une réalité prospère !

Le conseil que je donne à tout le monde est de toujours faire des recherches, d’étudier et de poser des questions. Il y a toujours une opportunité lorsque vous êtes ouvert à…

La bataille contre l’EGO

L’un des plus grands secrets de la prospérité juive est qu’il ne faut jamais faire des affaires ou entreprendre une entreprise seul. Il faut toujours rechercher des partenariats, chercher des personnes d’un niveau, d’une capacité ou d’une compétence plus élevés pour se joindre à un objectif ou à une entreprise commune, ou pour atteindre la liberté financière ensemble, en équipe !

La taille de votre EGO définira à quel point vous êtes proche ou loin de votre prospérité. L’équation est très simple : Plus votre “EGO” est grand, plus vous serez éloigné de la prospérité ! Mais, ne soyez pas dupes, l’EGO ne consiste pas seulement à se trouver supérieur aux autres, mais aussi à jouer la victime, le pauvre ou la personne lésée, ce qui n’est ni mieux ni pire que l’arrogant. En fait, les deux ont un EGO très élevé.

La question est de savoir comment abaisser l'”EGO” ? Existe-t-il un moyen de le combattre ? La réponse est oui, et une seule, l’utilisation de la “gratitude”. Être reconnaissant pour tout ce que vous avez dans la vie, et aussi pour ce que vous n’avez pas encore, mais que vous vous battez pour obtenir ! La gratitude est le plus grand secret d’une vie prospère, alors soyez toujours reconnaissant !

woman in yellow button up shirt and blue jeans walking down side street
Photo by Andrea Piacquadio on Pexels.com

Troisième pilier : Accomplir sa mission de vie

Le secret n’est pas de faire ce que tu aimes ou ce qui te fait du bien d’un point de vue financier, mais plutôt d’apprendre à aimer ce que tu fais, afin de pouvoir remplir ta mission. Tombez amoureux de votre mission et du travail que vous faites pour réaliser ce que vous voulez tant !

Rabbi Menachem Mendel Schneorson Shli ‘ta, a donné dans l’un de ses discours : – Si vous attendez de trouver le sens de la vie, y aura-t-il assez de vie pour vivre de manière significative ? N’attendez pas que les choses se produisent, provoquez-les.

La réalité est créée par l’émotion et la pensée. Écrivez tout ce à quoi vous pensez et que vous voulez réaliser dans les cinq ans. Ne pensez pas si ce qui est sur la liste est possible ou non, écrivez-le simplement. Souhaitez davantage, mentalisez davantage, ressentez et soyez inspiré par les objectifs et les rêves. Et le plus important : remerciez et réjouissez-vous de vos réalisations, comme si vous les aviez déjà obtenues aujourd’hui,

Ecrivez en grosses lettres : Quel héritage avez-vous laissé au monde ?

Au final, qu’avez-vous laissé à l’Histoire ? Comment se souviendra-t-on de vous dans 200 ans ? Que diront-ils de vous ? De la personne que vous étiez ? Quel avantage avez-vous apporté au monde ? Comment avez-vous fait de ce monde un monde meilleur ?

Cette question, ils vous la poseront : pourquoi n’étiez-vous pas vous ? Le meilleur que vous deviez être ? Pourquoi n’avez-vous pas accompli la mission ? Pourquoi n’avez-vous pas fait ce que vous deviez faire dans ce monde ? Votre héritage est votre mission de vie !

Oui, ne pensez pas que vous êtes venus dans ce monde uniquement pour vous occuper de votre vie. Vous êtes venu ici pour rendre ce monde meilleur ! Si vous regardez votre héritage, il est lié à quelque chose qui a rendu ce monde meilleur, qui a apporté de la lumière à cette vie. Une mission unique et particulière que vous seul avez reçue, et que vous seul avez la capacité de remplir. Personne d’autre au monde n’a la même mission ; personne d’autre ne remplira la vôtre, puisqu’il s’agit de “votre héritage, votre but”. En d’autres termes, lorsque vous vivez votre mission, en vivant votre héritage, vous ne vous contentez pas de remplir une mission, vous commencez à vivre, vous êtes vivant !


Lire aussi :


%d blogueurs aiment cette page :