Oser rêver sa carrière - Vie de Victoires

Oser rêver sa carrière

Written by on octobre 10, 2020

Photo de Startup Stock Photos sur Pexels.com

Dieu valorise le travail.

Le travail a toujours fait partie du plan de Dieu pour l’homme et ce, depuis le premier jour de la création.

« L’Eternel Dieu prit l’homme, et le plaça dans le jardin d’éden pour le cultiver et pour le garder. » Genèse 2 : 15

Dès le départ, Dieu a créé l’homme pour qu’il puisse travailler.

Le travail est un mandat confié par Dieu à l’homme qui existait même avant la chûte.

« Puis Dieu dit: Faisons l’homme à notre image, selon notre ressemblance, et qu’il domine sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, sur le bétail, sur toute la terre, et sur tous les reptiles qui rampent sur la terre. Dieu créa l’homme à son image, il le créa à l’image de Dieu, il créa l’homme et la femme. Dieu les bénit, et Dieu leur dit: Soyez féconds, multipliez, remplissez la terre, et l’assujettissez; et dominez sur les poissons de la mer, sur les oiseaux du ciel, et sur tout animal qui se meut sur la terre. » Genèse 1: 26-28

La prière est importante, elle marque notre relation avec Dieu, cependant nulle part dans le premier (Genèse 1) ou le second récit (Genèse 2) de la création, Dieu ne dit qu’il a créé l’homme pour le prier et le louer ou Il ne lui demande de le faire. Pour cela, Dieu a créé le ministère des anges bien avant Adam.

Et de fait, le mot « Avoda » qui signifie « travail » en hébreu signifie aussi « service divin ».

Et le mot latin « ministerium », qui a donné le mot « métier » mais aussi le mot « ministère » comme les cinq ministères bibliques, signifie « fonction de serviteur, service, fonction ».

Adam qui était constamment dans la présence de Dieu accomplissait le service à Dieu à travers son travail.

Le travail n’est pas une distraction ou du temps volé à Dieu pour la prière. Le travail est le moyen par lequel nous valorisons et multiplions les talents que Dieu nous a donné afin à la fin de notre parcours sur terre d’être trouvé de bons et fidèles serviteurs et de ne pas être rejetés au dehors là où il y a des pleurs et des grincements de dents. (Voir la parabole des talents)

Lire aussi :

C’est par son travail que l’homme a d’abord accompli le service de Dieu.

C’est pourquoi la Bible recommande d’accomplir son travail en faisant toutes ses tâches « de bon coeur, comme pour le Seigneur et non pour des hommes ».

Et celà est bien sûr plus facile avec un travail que l’on aime qu’avec un emploi où on va malgré soi et à reculons.

Après la chûte, le travail qui existait déjà est devenu dur et pénible. Le travail est devenu une punition au sens propre du terme travail qui tire sa racine du mot latin tripalium : un instrument de torture.

C’est donc qu’avant la chûte, Adam et son aide Eve, tiraient un plaisir et une joie de leur travail.

Lire aussi :

Jésus, le dernier Adam (1 Corinthiens 15 : 45) est venu ramener l’humanité dans sa condition d’avant la chûte.

Dieu a des projets de paix et de bonheur pour tous les domaines de notre vie, y compris notre travail.

Dieu se soucie de notre travail, ce lieu où chacun passe au minimum 1/3 de sa journée – soit au moins la moitié de son temps de veille -, dont dépend la subistance de votre famille et des nations et qui permet d’éloigner l’oisiveté qui est « la mère de tous les vices » comme le dit le livre de Siracide.

Ce lieu ne peut pas lui être indiférent, cette dimension de nos vies ne peut pas lui être étrangère.


Lire aussi :


Paul insiste lourdement sur la nécessité pour l’homme de travailler, y compris les serviteurs de Dieu.

Lire aussi :

Et de fait le travail est la raison pour laquelle l’homme a été créé. Et l’homme fait à l’image et à la ressemblance de Dieu doit aussi travailler comme Lui.

« Mais Jésus leur répondit : mon Père travaille jusqu’à maintenant, et je travaille aussi. » Jean 5:17

C’est pourquoi l’être humain qui ne travaille pas, alors qu’il en a la force est toujours déséquilibré. Il se crée un désordre en lui puisqu’il ne répond pas à sa vocation première.

Même s’il prie beaucoup, il va développer le mauvais coeur très dur dont parle le Coach Darcy Ogandaga.

C’était déjà le cas au temps de Paul, les chrétiens qui ne travaillaient plus parce qu’ils attendaient le retour imminent de Christ étaient une source de désordre dans l’église.

« Nous apprenons, cependant, qu’il y en a parmi vous quelques-uns qui vivent dans le désordre, qui ne travaillent pas, mais qui s’occupent de futilités. Nous invitons ces gens-là, et nous les exhortons par le Seigneur Jésus-Christ, à manger leur propre pain, en travaillant paisiblement. » 2 Thessaloniciens 3 : 11-12

Même les premiers moines qui voulaient consacrer toute leur vie à la prière et à la contemplation on vite changé d’idée quand ils ont vu les désordres que causaient une vie sans aucun travail et ont développé le principe « Ora et labora » : prie et travaille.

Il en est souvent de même de ceux qui sont aigris et frustrés dans leur travail, il se crée en eux un déséquilibre…

Être là où Dieu nous veut professionnellement et faire ce qu’il nous a appelés à faire, être positionné dans son appel, la plénitude de savoir que l’on accomplit ce que l’on doit accomplir procure une joie et une paix incommensurable qui éloigne l’aigreur, la frustration et tous ses corollaires.

Lire aussi :

On ne peut pas baigner dans l’aigreur et la frustration pendant la moitié de son temps éveillé et avoir une vie équilibrée et épanouie. Même la vie de prière va en prendre un coup.

C’est pourquoi il est important de faire un travail qui correspond à l’appel de Dieu sur sa vie et dans lequel on va trouver sa joie et son bonheur.

Que ce soit au travers d’un projet d’entreprise ou comme salarié.

Lire aussi :

Je prie que cela soit le partage de tout chrétien au Nom de Jésus : trouver sa mission de vie professionnelle et aller impacter pour Christ dans sa sphère professionnelle.

Lire aussi :

Découvrir les Bootcamp Métier de Destinée




Search
Please visit Appearance->Widgets to add your widgets here
%d blogueurs aiment cette page :